Sur les pas de Moussa (s), en soutien à Gaza !

Sur les pas de Moussa (s), en soutien à Gaza !

Nous pleurons nos morts en Irak, au Yémen, en Chine et dans tant de pays du monde mais la Palestine est une terre qui a un statut particulier. Elle est la terre sainte. Elle est le baromètre de nos consciences.

Cette terre qui fut la terre d’accueil des croyants, il y plusieurs millénaires quand Allah les libéra de Pharaon et leur ordonna d’entrer avec humilité en Palestine.

وَإِذْ قُلْنَا ادْخُلُواْ هَـذِهِ الْقَرْيَةَ فَكُلُواْ مِنْهَا حَيْثُ شِئْتُمْ رَغَداً وَادْخُلُواْ الْبَابَ سُجَّداً وَقُولُواْ حِطَّةٌ نَّغْفِرْ لَكُمْ خَطَايَاكُمْ وَسَنَزِيدُ الْمُحْسِنِينَ.

Al baqara (58)

« Et lorsque nous dîmes : Entrez en cette ville et mangez donc de ces productions autant que vous voulez et entrez par la porte en vous prosternant et dites une parole d’absolution, nous vous pardonnerons vos fautes et nous rajouterons aux bienfaisants. » (2/58)

Aujourd’hui, ceux qui se proclament de leurs descendances sont devenus les colons plein d’orgueil qui ne respectent plus aucune valeur. 

Quand à nous, en tant que réels héritiers de foi de cette génération de croyants, nous devons renouer avec la tradition de Moussa (s) qui avait été ferme avec les adorateurs du veau d’or qui avaient tenté de souiller la terre de Palestine.

Crier à l’injustice en postant notre colère sur Facebook ou autre n’est pas une fermeté suffisante. Elle n’est d’ailleurs que rarement entendue par les colons et leurs soutiens dans la vie politique et médiatique française.

Moussa (s) eut une attitude bien plus ferme à l’égard du Samiri.

قَالَ فَإِنَّا قَدْ فَتَنَّا قَوْمَكَ مِنۢ بَعْدِكَ وَأَضَلَّهُمُ ٱلسَّامِرِىُّ ﴿٨٥﴾فَرَجَعَ مُوسَىٰٓ إِلَىٰ قَوْمِهِۦ غَضْبَٰنَ أَسِفًۭا ۚ قَالَ يَٰقَوْمِ أَلَمْ يَعِدْكُمْ رَبُّكُمْ وَعْدًا حَسَنًا ۚ أَفَطَالَ عَلَيْكُمُ ٱلْعَهْدُ أَمْ أَرَدتُّمْ أَن يَحِلَّ عَلَيْكُمْ غَضَبٌۭ مِّن رَّبِّكُمْ فَأَخْلَفْتُم مَّوْعِدِى ﴿٨٦﴾قَالُوا۟ مَآ أَخْلَفْنَا مَوْعِدَكَ بِمَلْكِنَا وَلَٰكِنَّا حُمِّلْنَآ أَوْزَارًۭا مِّن زِينَةِ ٱلْقَوْمِ فَقَذَفْنَٰهَا فَكَذَٰلِكَ أَلْقَى ٱلسَّامِرِىُّ ﴿٨٧﴾فَأَخْرَجَ لَهُمْ عِجْلًۭا جَسَدًۭا لَّهُۥ خُوَارٌۭ فَقَالُوا۟ هَٰذَآ إِلَٰهُكُمْ وَإِلَٰهُ مُوسَىٰ فَنَسِىَ ﴿٨٨﴾أَفَلَا يَرَوْنَ أَلَّا يَرْجِعُ إِلَيْهِمْ قَوْلًۭا وَلَا يَمْلِكُ لَهُمْ ضَرًّۭا وَلَا نَفْعًۭا ﴿٨٩﴾وَلَقَدْ قَالَ لَهُمْ هَٰرُونُ مِن قَبْلُ يَٰقَوْمِ إِنَّمَا فُتِنتُم بِهِۦ ۖ وَإِنَّ رَبَّكُمُ ٱلرَّحْمَٰنُ فَٱتَّبِعُونِى وَأَطِيعُوٓا۟ أَمْرِى ﴿٩٠﴾قَالُوا۟ لَن نَّبْرَحَ عَلَيْهِ عَٰكِفِينَ حَتَّىٰ يَرْجِعَ إِلَيْنَا مُوسَىٰ ﴿٩١﴾قَالَ يَٰهَٰرُونُ مَا مَنَعَكَ إِذْ رَأَيْتَهُمْ ضَلُّوٓا۟ ﴿٩٢﴾أَلَّا تَتَّبِعَنِ ۖ أَفَعَصَيْتَ أَمْرِى ﴿٩٣﴾قَالَ يَبْنَؤُمَّ لَا تَأْخُذْ بِلِحْيَتِى وَلَا بِرَأْسِىٓ ۖ إِنِّى خَشِيتُ أَن تَقُولَ فَرَّقْتَ بَيْنَ بَنِىٓ إِسْرَٰٓءِيلَ وَلَمْ تَرْقُبْ قَوْلِى ﴿٩٤﴾قَالَ فَمَا خَطْبُكَ يَٰسَٰمِرِىُّ ﴿٩٥﴾قَالَ بَصُرْتُ بِمَا لَمْ يَبْصُرُوا۟ بِهِۦ فَقَبَضْتُ قَبْضَةًۭ مِّنْ أَثَرِ ٱلرَّسُولِ فَنَبَذْتُهَا وَكَذَٰلِكَ سَوَّلَتْ لِى نَفْسِى ﴿٩٦﴾قَالَ فَٱذْهَبْ فَإِنَّ لَكَ فِى ٱلْحَيَوٰةِ أَن تَقُولَ لَا مِسَاسَ ۖ وَإِنَّ لَكَ مَوْعِدًۭا لَّن تُخْلَفَهُۥ ۖ وَٱنظُرْ إِلَىٰٓ إِلَٰهِكَ ٱلَّذِى ظَلْتَ عَلَيْهِ عَاكِفًۭا ۖ لَّنُحَرِّقَنَّهُۥ ثُمَّ لَنَنسِفَنَّهُۥ فِى ٱلْيَمِّ نَسْفًا 

Sourate Taha (85 à 97)*

Ce passage nous apprend énormément de chose mais retenons en que deux pour l’instant. D’une part, lorsque Moussa (s) l’interroge sur ses motivations, le Samiri affirme qu’il a égaré son peuple en « prenant une poignée de la trace de l’Envoyé ». Autrement dit, il se sert d’un message divin mais pour un autre dessein. Les colons qui sèment l’injustice en Palestine ne sont en rien les héritiers de Moussa (s) mais bien plus ceux du Samiri qui se servait de la religion à des fins mondaines et injustes.

Mais nous ? Serons-nous les héritiers de Moussa ? Moussa fera détruire le veau d’or qui symbolise le matérialisme et la fascination pour l’argent qu’ont eu les déviants. D’ailleurs, on se rend bien compte aujourd’hui que la campagne de boycott est une des actions les plus efficaces au niveau international. Certes relayer les informations sur ce qui se passe à Gaza comme dans d’autres territoires où les peuples sont persécutés est important mais chacun peut au moins une fois dans la semaine organiser une petite équipe qui va appeler au boycott dans la grande surface près de chez lui. Le site BDS fournit les informations essentielles sur quoi et comment faire et ceux qui veulent un accompagnement, sachent que nous sommes entièrement disposés à aider.

Nos frères en Palestine sont les réels descendants de Moussa (s). Ceux qui les ont rencontrés témoigneront de leur humilité qui ne voile aucune lâcheté. Sommes-nous humbles ou trop lâches pour organiser des campagnes de boycott et assumer le regard de consommateurs dans un magasin ???

Qu’Allah couvre de miséricorde nos martyrs à travers le monde et qu’Il nous pardonne nos manquements.

________________________________

Sourate Taha (85 à 97) :

(85) Allah dit: «Nous avons mis ton peuple à l’épreuve après ton départ. Et le Sâmirî les a égarés».

(86) Moïse retourna donc vers son peuple, courroucé et chagriné; il dit: «O mon peuple, votre Seigneur ne vous a-t-Il pas déjà fait une belle promesse? L’alliance a-t-elle donc été trop longue pour vous? ou avez-vous désiré que la colère de votre Seigneur s’abatte sur vous, pour avoir trahi votre engagement envers moi?»

(87) Ils dirent: «Ce n’est pas de notre propre gré que nous avons manqué à notre engagement envers toi. Mais nous fûmes chargés de fardeaux d’ornements du peuple (de Pharaon); nous les avons donc jetés (sur le feu) tout comme le Sâmirî les a lancés.

(88) Puis il en a fait sortir pour eux un veau, un corps à mugissement. Et ils ont dit: «C’est votre divinité et la divinité de Moïse; il a donc oublié»!

(89) Quoi! Ne voyaient-ils pas qu’il [le veau] ne leur rendait aucune parole et qu’il ne possédait aucun moyen de leur nuire ou de leur faire du bien ?

(90) Certes, Aaron leur avait bien dit auparavant: «O mon peuple, vous êtes tombés dans la tentation (à cause du veau). Or, c’est le Tout Miséricordieux qui est vraiment votre Seigneur. Suivez-moi donc et obéissez à mon commandement».

(91) Ils dirent: «Nous continuerons à y être attachés, jusqu’à ce que Moïse retourne vers nous».

(92) Alors [Moïse] dit: «Qu’est-ce qui t’a empêché, Aaron, quand tu les as vus s’égarer,

(93) de me suivre? As-tu donc désobéi à mon commandement?»

(94) [Aaron] dit: «O fils de ma mère, ne me prends ni par la barbe ni par la tête. Je craignais que tu ne dises: «Tu as divisé les enfants d’Israël et tu n’as pas observé mes ordres».

(95) Alors [Moïse] dit: «Quel a été ton dessein? O Sâmirî?»

(96) Il dit: «J’ai vu ce qu’ils n’ont pas vu: j’ai donc pris une poignée de la trace de l’Envoyé; puis, je l’ai lancée. Voilà ce que mon âme m’a suggéré».

(97) «Va-t-en, dit [Moïse]. Dans la vie, tu auras à dire (à tout le monde): «Ne me touchez pas!» Et il y aura pour toi un rendez-vous que tu ne pourras manquer. Regarde ta divinité que tu as adorée avec assiduité. Nous la brûlerons certes, et ensuite, nous disperserons [sa cendre] dans les flots. 

Laisser un commentaire